Novembre 2018

Portrait. CATHERINE COQUIL. CHEFFE D’ORCHESTRE EN MAISON DE SANTÉ

Avant d’être coordinatrice de MSP, Catherine Coquil organisait des événements dans le milieu nautique. Un virement de bord total pour cette Finistérienne énergique et passionnée, qui s’applique aujourd’hui à mettre du vent dans les voiles de trois maisons de santé situées entre Brest et Quimper : les MSP de l’Aulne maritime (Le Faou), de Hanvec et de Plonévez-Porzay.

 

Coordinatrice de MSP, Catherine Coquil l’est devenue malgré elle. Adolescente, le domaine de la santé l’attire déjà : sa mère médecin généraliste l’inspire beaucoup et elle souhaite suivre la même trajectoire. Mais un manque d’affinités avec un professeur de mathématiques au lycée la pousse à abandonner la filière scientifique pour rejoindre une terminale ES : elle fait une croix sur son projet de carrière, s’oriente vers des études de management et obtient un master II en gestion de projet en 2008. Passionnée de voile, elle intègre un domaine radicalement éloigné de sa vocation initiale : l’organisation de courses et d’événements dans le milieu nautique. C’est lorsqu’elle tombe enceinte de son premier enfant après quelques années d’exercice, que Catherine Coquil remet en question son métier, souhaitant se diriger vers une activité davantage porteuse de sens pour elle et nécessitant moins de déplacements. Elle a alors l’opportunité d’effectuer un remplacement au sein du cabinet médical de Châteauneuf- du-Faou, en tant qu’assistante ; s’y rendant d’abord par curiosité et sans projet précis, elle réalise rapidement que, conformément à ses ambitions d’autrefois, le milieu de la santé l’anime particulièrement. Profitant de cette mission pour observer attentivement son environnement de travail, certains éléments attirent son attention : « J’ai notamment réalisé que les professionnels de santé s’employaient à de nombreuses activités administratives, chronophages, qui les contraignaient à refuser régulièrement des patients », se rappelle-t-elle. Pour leur libérer du temps, elle propose de prendre en main certaines de ces tâches ; peu à peu, l’impact s’en fait ressentir positivement dans l’organisation générale du cabinet. Le bouche-à-oreille local aidant, la MSP de l’Aulne maritime, implantée au Faou, la sollicite pour obtenir le même appui organisationnel. Catherine Coquil confie malicieusement : « À l’époque, lorsque l’on me demandait ce que je faisais dans la vie, je répondais que mon métier n’avait pas de nom, mais que j’aidais les maisons de santé ! ». Nous sommes en 2015, et les MSP n’en sont encore qu’à leurs débuts : les fonctions dont Catherine Coquil s’est saisie de manière intuitive, en identifiant un besoin au niveau organisationnel, font d’elle une pionnière en matière de coordination de MSP.