Novembre 2019

PROTOCOLE PLURIPROFESSIONNEL. Sevrage tabagique : lever l’appréhension, arrêter le tabac, limiter la prise de poids



La prise de poids peut effrayer au point de contrecarrer toute envie d’arrêt du tabac. Face à ce constat, la MSP Paul-Cézanne de Saint-Dizier (Haute-Marne) a lancé, début octobre, un groupe de parole à destination de ces patients. Animées par l’infirmière Asalée et la diététicienne de l’équipe, ces séances ont pour objectif de lever ce frein au sevrage tabagique.

 

LE CONTEXTE

Près de deux fumeurs sur trois prennent du poids lorsqu’ils arrêtent la cigarette, estime Santé publique France. Si bien que la crainte de grossir peut constituer un frein sévère au sevrage tabagique, a constaté Hélène Simon, infirmière libérale Asalée au sein de la maison de santé pluriprofessionnelle (MSP) Paul-Cézanne de Saint-Dizier (Haute-Marne). Cette MSP, située dans un quartier en réhabilitation d’environ 8 000 habitants, accueille un public en situation de précarité. Dix-huit professionnels ont signé le projet de santé : 7 médecins généralistes, 4 infirmiers libéraux dont 1 Asalée, 3 sages-femmes, 1 kinésithérapeute, 1 diététicienne, 1 podologue et 1 psychopraticienne.

« Le secteur n’est pas un désert médical à proprement parler, mais il est largement sous-doté en médecins généralistes et spécialistes », souligne Séverine Lagney, la coordinatrice. En effet, on compte à Saint-Dizier 61 généralistes pour 100 000 habitants (la moyenne française étant de 82). En 2018, la file active de la MSP était de 10 000 patients, dont un quart bénéficient de la couverture maladie universelle (CMU). Bien que les addictions fassent partie des thématiques mises en avant dans le projet de santé de la MSP, celle-ci ne dispose pas de données précises sur la proportion de ses patients souhaitant arrêter le tabac. Ce thème ayant jusque-là « très peu été abordé en consultation », d’après Séverine Lagney, notamment en raison du manque de temps des médecins. Il a donc été décidé en janvier 2019 de créer un poste d’infirmière Asalée, occupé par Hélène Simon, qui travaillait déjà à la MSP depuis deux ans comme infirmière diplômée d’État libérale (Idel). « Il y avait un fort besoin de prévention et cela permettait également de libérer du temps médical », explique-t-elle. L’Idel applique ainsi un protocole Asalée de sevrage tabagique destiné aux patients de plus de 18 ans, le seul ouvert aux personnes qui ne sont pas suivies par un médecin traitant au sein de la MSP. Lorsqu’elle reçoit un candidat à l’arrêt du tabac, elle commence par identifier ses objectifs et motivations et par évaluer sa dépendance physique, psychique et environnementale. Dans ce cadre, la crainte de prendre du poids est systématiquement évoquée…